AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 || Comment une si petite chose peut être aussi agaçante ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité



MessageSujet: || Comment une si petite chose peut être aussi agaçante ?   Mar 22 Déc - 23:39


« It helps a little if you think of them as people. »
Alice Cullen ; Midnight Sun ; Chapter 1 ; p.4


© Lylly

    silence, ça tourne !

    Fiche D'identité

    « Hi people. Je me nomme Alice Mary Cullen (épouse Hale). En des temps reculé, mon nom de baptême était Mary-Alice en vérité. Mais je ne me suis jamais vraiment sentit comme telle. Moi, j'ai toujours été Alice. La petite Alice sans passé humain. Née vampire. Bon d'accord, je ne suis pas vraiment née vampire, pas du tout même, mais je n'ai aucun souvenir de ma vie d'avant alors bon... Et puis pour tout vous dire, je me suis toujours vu chez les Cullen, dans cette étrange mais adorable famille de végétariens. Je les adore depuis avant même de les avoir vu pour la première fois en chair et en os... mais trêve de bavardage, je m'éloigne du sujet et j'anticipe sur la suite. Je disais donc ? Ah oui, je me présentais.
    J'ai donc été transformé en 1920 à l'âge de 19 ans. Je dois donc logiquement être née humaine en 1901. Encore une fois, je ne suis sûr de rien et j'ignore totalement d'où je viens.
    Comme vous l'aurez devinez, je suis une immortelle. Les Quileutes qui vivent près de chez nous, nous appellent les sang-froid ou encore les sangsues... Sales clébards... Hum. Oui donc, ça c'est leur version. Dans d'autres cultures, nous avons d'autres noms. Les occidentaux, vous, vous nous appelez vampires. Mais ne partez pas en courant, vous ne craignez rien de moi. Comme je vous l'ai dit, ma famille et moi sommes végétariens. C'est à dire que nous nous nourrissons exclusivement de sang animal. Alors quand je vous dis que je ne mors pas. »
    Humaine, le nom complet de la jeune femme était Mary-Alice Brandon, native de Biloxi dans le Mississipi.





▬▬ Le toi du moi ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

« Alice ? Vous voulez parler d'Alice Cullen ? Hum... bah en fait, je la connais pas beaucoup. Pas du tout en fait. Faut dire qu'elle se mélange pas vraiment à la foule. Elle reste avec sa famille la majorité du temps. Tout le temps en fait. C'est pas qu'elle est méchante ou quoi et qu'elle estime que les autres ne méritent pas son attention, pas du tout. C'est juste qu'elle a l'air de se sentir mieux quand elle est avec eux. Il faut dire que nous autres, on va pas vraiment vers eux, les Cullen. Ils sont plutôt étranges. Ils sont beaux, super beaux même. Alice l'est aussi. Mais ils ont quelque-chose de... je sais pas trop. Je sais juste que je suis mal à l'aise en leur présence. Alice m'aident bien parfois. Elle me souffle les réponses quand le prof m'interroge et que je ne connais pas la réponse. C'est assez étrange d'ailleurs, c'est comme-ci elle savait quand je vais pouvoir répondre et quand je vais pas savoir. Enfin, je m'fais surement des idées. Elle est pas capable de lire dans mes pensées après tout... n'est-ce pas ? » ; sa voisine en maths.
« Alice Cullen est une bonne élève. Excellente même. Le seul tort qu'elle a est probablement d'être bien trop discrète en cours, elle qui est si exubérante en dehors. Tout comme les autres Cullen, elle rend toujours ses devoirs à l'heure, obtient d'excellentes notes sans pour autant donner l'impression de faire de gros efforts. C'est à la fois agréable et surprenant, inquiétant un peu parfois. S'ils ne travaillent pas avec plus de sérieux, s'ils n'étudient pas et se contentent de leurs acquis, l'Université risque d'être un sacré choc. » ; un professeur d'Alice.
« C'est probablement l'immortelle la plus pétillante et joyeuse que je connaisse. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle ne manque pas d'entrain ou de bonne humeur. Il est rare de la voir énervée plus de quelques heures. Cela n'arrive pratiquement jamais. Mais elle a son caractère tout de même. Mieux vaut éviter d'aller à contre-sens lorsqu'elle a une idée en tête, même lorsque celle-ci est complètement démesurée et folle. De toute manière, aller dans un sens qu'Alice n'aurait pas décidé est mission impossible. Surtout lorsqu'il s'agit de shopping ou d'évènement familial. Elle pourrait presque passer pour un tyran si elle n'était pas aussi adorable et vicieuse. Elle va probablement me tuer en voyant ce que je vais dire, mais c'est la pure vérité. Personne n'imite les yeux larmoyants aussi bien qu'elle pour nous attendrir. Ça en devient diabolique. » ; Un Cullen qui a souhaité garder l'anonymat..

~¤*¤~

« Pitié, pitié, pitié !!! Si vous tenez à la vie, ne parlez jamais mode ou simplement vêtement avec Alice Cullen. Côté fringue, elle trouvera toujours quelque chose à dire et vous serez mort avant qu'elle ait fini. Définir son style ? Impossible, il change au gré des collections et de ses humeurs. Alice ne suit pas les modes, elle les devance, les devines, les réinventent si elle ne lui convienne pas. Ce n'est pas une accro du shopping qui s'habille à la mode même si cela ne lui plait pas. C'est une accro du shopping qui ira taper directement à la porte de Dolce & Gabbana si leur dernier défilé lui a fait horreur. Croyez-moi, elle n'était pas si loin de le faire une fois. On a pas été trop de quatre pour lui rappeler que même avec tout le pouvoir du monde, si un créateur décidait de faire telle collection, alors il le ferait. Son avis ne comptait pas. Ma plus grande peur ? Qu'elle décide de ne plus faire nos gardes-robe si nous n'entrons pas avec elle dans les boutiques ! » ; Un autre Cullen qui souhaite, lui aussi, garder l'anonymat..

~¤*¤~

J'aime : Ma famille ; mon amour ; le shopping ; la mode ; ma vie ; mon don ; Forks ; l'immortalité ; le baseball ; le sang de coyote ; les singeries d'Emmett ; les câlins d'Esmé ; les petits gestes d'affections discrets de Bella ; pouvoir gagner plein de sousous grâce à mes visions ; pouvoir dépenser tous les sousous que j'ai fais gagner à la famille dans de sublimes vêtements ; faire des jeunes d'enfant, le tourniquet, la balançoire ; les bagarres entre frères et sœurs ; ...

J'aime pas : Qu'on me regarde comme un monstre ; les vampires qui se nourrissent de sang humain ; que Jasper n'ait pas confiance en sa capacité à résister ; quand Bella veux pas venir à Port Angeles avec moi ; quand on doit déménager ; être dans le flou ; la mauvaise humeur de Rosalie ; qu'on porte deux fois le même vêtements ; qu'on nous obligent à porter des choses immondes (comme les uniformes synthétiques de remises de diplômes) ; ...


▬▬ De la vie je ne prends que la dolce vita c'est tout, m'en voulez-vous ? ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


© Lena & leavesden
Mary-Alice Brandon ; Strange little girl...
« Depuis son plus jeune âge, Mary-Alice a toujours fait toutes sortes de rêves étranges. Elle voyait des choses, des choses qu'elle nous racontait ensuite et ces choses finissaient toujours, inévitablement, par se produire. C'était effrayant. Nous avons pris peur. Que pouvions nous faire de cette étrange petite fille ? Elle n'était pas normale. Ce dont elle rêvait, ce qu'il se passait ensuite... ce n'était pas naturel. Nous devions faire quelque-chose. C'était soit l'interner elle, soit nous interner nous. Alors, nous l'avons amené dans cet hôpital à Biloxi, la ville où nous avons toujours vécu. Où Mary-Alice a vu le jour. Cynthia, sa soeur, a pleuré pendant des jours. Mais avions nous le choix ? Nous n'arrivions plus à gérer la peur que ces rêves insufflaient à Mary-Alice. Qu'ils nous insufflaient à nous aussi... » ; La mère biologique d'Alice.
« Alice était une patiente des plus étrange. Elle n'était pas folle comme tous les autres. Elle savait juste certaines choses... mais à cause de ça, son médecin avait décidé qu'elle serait enfermée dans le noir. Rien de tel pour combattre d'étrange visions que de priver la patiente de ses yeux. Le médecin qui s'occupait d'elle était étrange. Il était si pâle, si froid... et ses yeux... ses yeux avaient la nuance bordeaux la plus bizarre qu'il m'ait été donné de voir. Il allait souvent la voir, dans le noir, lui parlant, apprenant à la connaître. Il était bien plus proche d'elle qu'un docteur se doit de l'être avec sa patiente. » ; Une infirmière de l'asile.
« Ah Alice, hum... Alice. La MIA Cantante... Son sang avait le parfum le plus exquis qui m'ait été donné de sentir. Je l'ai désiré. A la seconde où sa douce fragrance a empli mes poumons, j'ai su que je n'aurais de repos qu'une fois que je l'aurais vidé de son sang. Mais il était là, ce sale petite [CENSURED]. Il me l'a prise. Il s'est enfui avec elle. Il était tombé amoureux de cette petite humaine. Sombre idiot. Depuis quand les vampires tombent-ils amoureux des humains ? Enfin, ce n'était pas ça qui allait m'arrêter. Elle était à moi. Son sang chantait pour moi. Je la voulais, je l'aurais. Comprenant qu'il ne pouvait m'échapper, ce sombre avortons s'est résigné à faire ce qu'il voulait le moins du monde. Il l'a mordu, transformé en l'une des nôtres. Pour ne pas que je la tue, il en a fait une immortelle. Je n'ai jamais pu goûter à son sang, quelle perte immense. Pour me venger, je l'ai tué, lui qui l'avait soustrait à mon désir... » ; James.


© anaklazaro & 0oo_daphne_oo0
Alice ; Eternal oddity
« J'étais seule à mon réveil après ma transformation... Enfin, je n'ai jamais vraiment eu le sentiment d'être très seule. Pourtant, je l'étais. Je le suis resté longtemps, même s'il m'a toujours accompagné... En quelques sortes. Ma première vision ? C'était lui, cet inconnu au regard si noir et à l'expression si douloureuse que s'en était effrayant. J'ai mis longtemps - enfin longtemps... quelques jours seulement, mais ça me semble aujourd'hui déjà bien trop long - à savoir qui il était, son nom et son rôle dans mon éternité. Jasper Hale, mon futur mari. Puis je les ai vu eux, les Cullen, cette étrange famille qui ne se nourrissait que de sang animal, se refusant à tuer tout être humain simplement pour se nourrir. Grâce au regard du Carlisle Cullen de mes visions, je n'ai jamais eu le grand de toucher à un humain. Je l'aurais tant déçu... enfin pas vraiment déçu - Carlisle a toujours été trop bon pour ça - mais j'aurais trahi la confiance que plus tard il placerait en moi. Alors, je n'ai jamais goûté au sang humain, ce n'est pas si difficile en fait. Je crois que le plus simple est de ne jamais commencer. Si on ne tue pas une fois pour se nourrir, l'idée d'être une tueuse est si insoutenable que même la soif ne parvient à le surpasser. Alors, je suis devenue végétarienne, pour Carlisle, pour cette famille qui serait la mienne. Puis je me suis mise à sa recherche, lui l'homme si beau de mes visions, lui qui deviendrait l'amour de ma vie... » ; Alice.


© heimweh26
Alice & Jasper Hale ; The Only One
« Et puis enfin j'ai eu ma vision, sa vision, NOTRE vision. Il était là, dans ce restaurant à Philadelphie, les yeux tellement noirs trahissant sa soif incomblée depuis bien trop longtemps. Et je me suis vu, moi, assise sur cette chaise l'attendant, le retrouver, lui avouant mes dons, mon état et notre futur dans la famille Cullen. Alors, j'y suis allée. Je suis restée là, assise sur cette chaise au comptoir, exactement la même que dans ma vision, à l'attendre. J'ai attendu plus que je n'aurais dû. Mais c'est comme ça. Mes visions sont si aléatoires. J'étais pourtant tellement impatiente de le voir enfin pour la première fois en chair et en os que je n'ai pû m'empêcher de lui faire remarqué son retard. Alors, il m'a souri en s'inclinant, s'excusant comme un vrai gentleman. Puis je l'ai conduit à cette table dans un coin, afin de lui expliquer qui j'étais, ce que je savais, ce que nous devions faire. J'avais peur qu'il me prenne pour une folle, mais en même temps, je savais qu'il ne le ferait pas. Je l'avais vu, entouré des hommes Cullen, Carlisle et Emmett, chassant dans une forêt. Et ce fut le cas. Il me crut, il m'assura qu'il me suivrait au bout du monde. Depuis lors, je n'ai jamais été plus sûr de notre histoire. Une histoire qui s'est rapidement transformé en histoire d'amour, notre amour. Quelques années seulement après notre arrivée dans la famille, il me demanda ma main. » ; Alice.


© Chloé & Sweet pea
Alice Cullen ; First real family
« Avant même de les rencontrer, je savais que j'aimerais les Cullen. Avant même de faire partie de leur famille, ils représentaient déjà mon univers, ma seule famille. Je n'avais aucun souvenirs de ma famille humaine alors mes visions m'offraient tout ce que j'avais toujours souhaité, des parents aimants, des frères et sœurs adorables et gentils. Avec Jasper, nous avons trouvé une famille au-delà de toutes nos espérances. Dès le premier jour, ils comblèrent tous nos désirs, offrant à Jazz les moyens de faire la paix avec sa confiance - lui offrant une alternative au sang humain - et à moi une famille et des amis. Lorsque nous les trouvâmes, ils vivaient dans le Nord, comme ils l'ont toujours fait. La maison était somptueuse, entièrement construite et aménagé d'après les plans d'Esmé. Il n'y avait qu'un problème. Bella avait la plus belle vue. Je me suis empressé de déménager ses affaires et de m'installer une fois qu'Esmé nous eut autorisé à rester. Je savais qu'elle accepterais, que nous ferions partie de la famille. Mais ce n'était pas une raison pour ne pas être polie, ne pas lui expliquer ni lui demander son avis. Après cela, nous allâmes dans la forêt, retrouver les autres. Carlisle avait emmené Emmett et Bella à la chasse. Encore une fois, nous dûmes leur expliquer qui nous étions et ce que nous faisions là. Ils nous ont accepté très vite, Bella étant la seule à protester un peu à cause de sa chambre. Mais aujourd'hui, Bella est ma sœur, mais aussi ma meilleure amie. Rosalie, mon autre sœur et Emmett mon frangin et nounours adoré. Carlisle et Esmé des guides parfaits et des parents en or. Une vraie famille comme j'en ai longtemps rêvé... » ; Alice.
« Aujourd'hui, nous sommes de retour à Forks. Moi et Jazz n'y avons jamais mis les pieds, mais les autres y ont déjà été. Notre maison est la même qu'à l'époque, Esmé l'aime tant. Personne ne devrait nous reconnaître. Ceux qui étaient là à l'époque sont tous morts depuis quelques années. La vieillesse est la pire des maladies pour l'homme après tout. On ne peut la combattre. Comme chaque fois que nous changeons de ville, nous reprenons le chemin de l'école pour une nouvelle année, un nouveau cursus. Esmé aime vraiment Forks, les autres aussi à leur manière. Alors, nous reprenons le lycée, afin d'y rester le plus longtemps possible... qu'Esmé et Carlisle puissent y rester le plus longtemps possible. Nous verrons bien où cela nous mène. J'ai l'étrange sentiment que cette année ne sera pas de tout repos. Et vous le savez, mes pressentiments sont rarement infondés ou dénués de toute vérité. » ; Alice.


▬▬ Toi qui sors de scène ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Hi ! Moi c'est Lily, lilith, plus connue sous le nom de Lexa_Kilmartin ou L_K. J'ai 19 ans, je suis originaire de... on s'en fout ? Bon d'accord ! Bref, je me trouve actuellement dans un petit coin paumé d'Aveyron (12). Vous savez, le pont de Millau, les couteaux Laguiole et le Roquefort ! Ca vient de chez nous xD
Pour ce qui est du forum, que dire ? Je l'aime un peu, beaucoup, pasionnément, à la folie ^^ Normal, c'est celui de ma tite So' et j'en suis co-admin, même si je suis une grosse flemmarde ^^ Question ? Critiques ? Suggestions ? A vous de nous les donnez ! Vous posez, nous disposons ^^ Ah oui, comme vous voyez, je suis une accro des "^^". Bref ! Je ne dirais qu'une chose : reversal est d'accord avec moi ^^. Ah oui, j'allais oublier même si n'est pas vraiment utile, mon vava n'est autre que la sublissima Ashley Greene. A bientôt en RP.
Revenir en haut Aller en bas
 

|| Comment une si petite chose peut être aussi agaçante ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reversal :: • drops the pressure, the flood is here • :: — the garbage -