AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 ▬ maxyne anne decomté.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
maxyne a. decomté
    ELLE ♦ stranger in a strange land.

avatar

♣ Messages : 269
♣ âge : vingt huit ans.
♣ emploi : professeur

mise à nu
♣ statut: vampire végétarienne.
♣ relations:
♣ pouvoirs: envoûter ses ennemis par sa beauté.

MessageSujet: ▬ maxyne anne decomté.   Mar 22 Déc - 22:41


« La beauté peut parfois être fatale. »
tu ne crois pas si bien dire ...


© lellia

    silence, ça tourne !

    Fiche D'identité

    Mon nom est Décomté, c'est du moins celui que j'ai adopté lors de ma transformation il y a trois cent deux ans de cela. Avant, mon nom de famille était d'Aurevilly. Très français n'est ce pas ? Rien d'étonnant à cela ... J'ai été gratifiée de deux prénoms - c'est bien une des rares traditions qui ne périt pas avec le temps - : Maxyne et Anne. S'il y a des chances pour qu'ils aient été courants de mon temps, aujourd'hui ils le premier est plutôt rare. Vampire depuis prêt de trois siècles, je donne pourtant l'impression d'avoir toujours vingt huit ans, bien qu'il n'est pas si difficile que cela de m'attribuer la trentaine. D'autres femmes s'offusquerait de paraître plus vieille mais quand on est vampire, ca en devient plaisant. Cela fait bien longtemps que je ne fête plus mes anniversaires, mais pour les humains, je suis censée vieillir chaque treize juin.






▬▬ Le toi du moi ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Zoéline est la douceur incarnée. Discrète à souhait, on peut facilement oublier qu’elle est dans la même pièce que vous. Non qu’elle se sera tapis dans l’ombre, à vous observer à votre insu pour une quelconque raison qui ne pourra qu’être un minimum malsaine. C’est juste qu’elle met une détermination folle à être banale et passe partout. Zoéline adore s’installer dans un coin d’une pièce, face à une fenêtre de préférence, et dévorer un bon livre, romantique de préférence. Oh oui, la belle est on ne peut plus romantique, une vraie fleur bleue. La vampire n’est pas envieuse, mais elle aimerait tant trouver le « vampire de sa vie », comme d’autre avant elle. Celui avec qui elle passerait l’éternité, une éternité à l’aimer et être aimé, à profiter des bonheurs simple de la vie, une vie à se délecter de recevoir un de ses sourires, une vie à se sentir transporter lorsqu’il pose le regard sur elle … Zoéline rêve de cette vie là, mais elle est extrêmement difficile quand il s’agit de garçon. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas. Il est trop ceci, ou pas assez cela. Alors Zoéline elle patiente, jusqu’à trouver le bon. Elle ne désespère pas et sait qu’elle a du temps devant elle. Elle a fait le choix de rester « pure » jusqu’au jour où elle trouvera le bon. Les petits copains d’un soir, de quelques mois ou à peine quelques années ? Ce n’est pas du tout son genre. Oh que non ! Et pourtant … Et pourtant … Sa beauté est à couper le souffle. Non seulement parce qu’elle est vampire, et que tous les vampires sont reconnus pour être irrésistible, mais aussi et surtout parce que déjà humaine, elle était particulièrement belle, magnifique même. Ses traits fins et angéliques lui donnent des airs de poupée de porcelaine, et cela renforce l’idée qu’on se fait d’elle : une jeune fille fragile. Si certains garçons feraient des pieds et des mains pour attirer un seul regard de la demoiselle, d’autres ont cette irrésistible envie de la choyer et la protéger, tant elle paraît délicate et frêle. D’ailleurs, dans sa famille mais également ses amis, bien qu’elle ne soit pas la plus jeune, ils ont tous cette irrésistible envie de la chouchouter, coocoonner et choyer. Zoéline, outre le fait d’être romantique, discrète et douce à souhait, c’est surtout une personne qui manque cruellement de confiance en elle. Elle est consciente de sa force vampirique, également de sa beauté puisque cette dernière lui permet même d’envouter les autres vampires lorsqu’elle le désire, mais elle ne peut s’en empêcher, elle manque de confiance en elle. Oui, elle se trouve insignifiante, banale, n’ayant pas l’impression que quelque chose la distingue des autres. Les autres, elle les trouve si … si … Bref, ils sont intéressants, eux ! Réservée sur les bords, elle n’est pas le genre de fille à aller d’elle-même vers les autres mais sa gentillesse est sans limite et si quelqu’un s’avère être dans le besoin, vampire ou humain, puisqu’elle se contrôle très bien, elle aidera son prochain. D’ailleurs, il n’est pas rare qu’on lui demande de l’aide dans le domaine scolaire, puisque Zoéline est une véritable surdouée. Là encore, cela n’a rien a voir avec son statut de vampire, elle a véritablement un QI supérieur aux autres et cela, déjà humaine. Sa capacité n’a pu que se développer à sa transformation. Zoéline, ce petit bout de femme ne dépassant pas le mètre soixante et très fine se passionne pour la danse classique. Elle est douée, vous savez ? Zoéline, elle adore observer la pluie tomber quand elle est au chaud chez elle. Elle adore voir la neige se poser délicatement sur l’herbe. Elle adore voir les faisceaux du soleil brisé le sombre d’une pièce. Zoéline, c’est une demoiselle particulière qu’il est difficile de comprendre réellement.


▬▬ De la vie je ne prends que la dolce vita c'est tout, m'en voulez-vous ? ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

.mon enfer perpétuelle , j'ai écopé perpétuité.


    •• mr decomté. « mr d’aurevilly, je suis persuadé que l’union de nos enfants pourrait être profitable aussi bien à votre famille qu’à la mienne. Votre Maxyne est très charmante et elle fera une épouse splendide pour mon Jules. »
    •• mr aurevilly. « assez charmante pour prétendre à un meilleur partis, je le crains. »
    •• mr decomté. « peut être qu’en vous cédant 15% de mon entreprise, vous serez plus enclin à faire aboutir cette union ? »
    •• mr aurevilly. « je savais que faire affaire avec vous serait un plaisir. A quand fixons – nous la date de cette union ? »
    •• mr decomté. « je quitte votre charmante région du Sud de la France dans deux mois, cela laissera le temps à votre Maxyne de prendre ses dispositions pour le départ. Dés notre retour à Paris, les noces seront célébrées. »


Il y a une éternité de cela, dans le salon privé de Mr d’Aurevilly. Nous sommes dans le sud de la France, dans le manoir familial d'une des familles les plus riches de la région à l’époque. Mr d’Aurevilly aimait par-dessus tout sa fille, mais une vouait une plus grand amour à son entreprise. Cette alliance le mènerait au sommet et ferait de lui et Mr Decomté les deux hommes les plus riches du pays d’ici quelques années. Maxyne comprendrait. Elle a toujours été très compréhensive. De toute façon, à l’époque, il était très rare de voir des mariages d’amour dans la haute société. Le plus dur serait de la convaincre de partir sans sa meilleure amie en qui elle voyait une véritable sœur.

Deux mois après ce jour, Maxyne Anne Aurevilly portait à présent le nom de Decomté. Agée alors de seize ans, il n'était pas choquant à cette époque de se marier si jeune. Paris, la capitale. Elle était aussi émerveillée qu’affolée. Elle ne connaissait personne, n’avait aucun repère, aucun ami. Ces deux derniers mois, elle avait appris à connaître son futur beau père et elle s’était surpris à avoir de la sympathie pour lui. Dans leurs conversations, il n’était pas l’homme imbu de sa personne, orgueilleux et prétention qu’il montrait au monde, mais un homme empli de doutes et de questions. Elle rencontra son futur époux, Jules, le soir même de son arrivée et l’épouserait le lendemain. Il était beau, à coupé le souffle. Lorsqu’elle croisa son regard, Maxyne ne manqua pas de rougir et elle se sentit toute chose. Lui, la snoba et la pris de haut. Les premières semaines furent difficiles. Finalement, ils avaient beau se trouver aussi beau l’un que l’autre, ils ne se supportaient pas. Et puis petit à petit, ils partagèrent des sourires et des éclats de rire. Ils apprirent à se connaître et à partir de ce moment là, c’est tout naturellement qu’ils s’aimèrent. Leurs aprioris du début avait laissé place à un tendre et sincère amour entre eux, chose que personne ne semblait croire.

Qui dit mariage dit indépendance. En cadeau ; les nouveaux époux avaient reçu une très jolie et imposante demeure dans la Capitale. Agé de vingt et un ans ; Jules commença une carrière d'avocat dans le cabinet de son oncle. Maxyne quant à elle continua ses études sous les encouragements de son mari. Il n'était pas de ceux qui voulaient une femme à la maison, il voulait juste que la femme qu'il aimait par dessus tout soi épanouis. Cela passait par les études. Pourtant, un événement vint tout bouleverser. Quatre ans après leur mariage ; un heureux événement vint combler le couple. Maxyne était enceinte. Une grossesse pas forcément voulu et pourtant, le couple fut comblée. Jules imaginait déjà une petite fille aussi belle que sa mère ; tandis que Maxyne imaginait plus un fil à l'image de son père. Ils avaient tout pour être heureux. Un couple parfait. Aucun besoin financier. Une vie remplie et heureuse. Des parents aimants. Un quotidien envié de tous car les noms de Decomté & d’Aurevilly laissé rêver dans leurs régions respectives. Porter ce nom ; c'est ouvrir les portes des mondanités et du respect.

Neuf mois plus tard. Elle était là. Une petite fille absolument ravissante. Elle s'appellerait Clémence ; en hommage à sa meilleure amie de toujours dans le sud. Un ange tombé du ciel venait de se blottir dans les bras de Maxyne qui a vingt ans connaissait le privilège d'être mère. Un bonheur d'une courte durée. Trois mois seulement. Trois mois de plaisir et de délectation quotidienne pour Jules et Maxyne. Leur bonheur était à l'apogée ... Jusqu'à ce jour si particulier du treize juillet.

    •• maxyne. « AAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !! »
    •• jules. « maxyne ? ... maxyne qu'est ce qui se passe ? »
    •• maxyne. « mon bébé. jules le bébé aide moi pitié. ma fille. ma petite chérie réveille toi je t'en pris. Clémence mon amour ouvre les yeux ma chérie s'il te plait. ne fais pas ca à maman. réveille toi clémence. CLEMENCE !! CLEMENECEEE !!! »
    •• jules. « maxyne ... max' lâche là. s'il te plait donne la moi. »
    •• maxyne. « non, c'est mon bébé. ne fais pas de bruit tu vas la réveiller. elle veut juste dormir encore un peu c'est pas grave, elle est juste fatiguée. »
    •• jules. «ma chérie c'est finie. elle ... elle est morte. »


Jules était en larme ; dépité. Maxyne était folle ; hystérique. Leur enfant avait trouvé la mort pendant la nuit ; n'ayant pas survécu à la mort subite du nourrisson. S'en était finis de la Maxyne qu'on connait. Enjouée et souriante. Elle était vide à présent, elle subissait la vie plutôt que ne la vivait. Jules quant à lui était effondré, portant sur ses épaules un lourd fardeau. Un couple de mort vivant ; c'est l'impression qu'ils laissaient sur leur passage. Croire qu'ils s'en sortiraient avec le temps était se faire des belles illusions. Quatre mois après l'enterrement ; Maxyne perdit son maris d'une tragique maladie. Son désarroi semblait l'avoir affaibli ; ouvrant la porte aux maladies virales et parfois fatale. Maxyne était à présent seule au monde ; meurtrie de surcroit. A quoi lui servait - il de vivre si elle avait perdu les deux êtres les plus chers à son coeur ? Elle y songea , à mourir. Mais il lui fallut plusieurs années pour en trouver la force et le courage ... Seulement le destin à eu raison d'elle et lui préparer un tout autre avenir. L'éternité. Tel était son fardeau. Alors qu'elle préméditée son suicide, se couper les veines en plein milieu des jardins oubliés où elle passait des heures en compagnie de Jules, cela a eut pour seul effet d'appâter un vampire. Il ne que se nourrir, mais en voyant la beauté de cette humaine, il ne put se résigner à la tuer et en fit une des siens, un vampire.



.vagabonder, errer, chercher puis finalement trouver.

A peine cinquante ans. Cinquante ans de cruelle existence à me souvenir chaque jour de la famille que j'avais perdu. Cinquante ans que je me considère comme un monstre. Je suis un vampire et comme tant d'autres ; je suis loin d'accepter ma condition. Encore plus parce que j'étais sur le point d'être libérée de toute peine et de tout chagrin lorsque ce fichus vampire décida de me laisser la vie sauve. J'aurais voulu le tuer mais je m'en savais incapable. Celui qui m'a transformé - un dénommé Adonis - m'a gardé auprès de lui pendant trente ans. Il m'a appris à tuer ; à chasser et tant d'autres choses. Je lui suis redevable de tout ; surtout de mon enfer. Pourtant, un soir, alors que la douleur était encore trop présente et que je préférais m’isoler, Adonis vint à ma rencontre. C’est en me regardant droit dans les yeux qu’il s’excusa de m’avoir infligé cela. Je lui avais raconté mon histoire, pas par confiance, juste par besoin. Il ne comprit pas de suite cette haine que j’avais envers l’immortalité, puisqu’il m’avait assuré que d’ici quelques années, je ne me souviendrais sûrement plus de Jules ni de Clémence. Je l’ai hais pour avoir osé dire cela et finalement, cette rancœur s’est estompée au fil du temps. Il s’était excusé, il me comprenait enfin … Je suis persuadée que cela était dû à l’arrivée de l’amour de sa vie vampirique. Il savait que ce ca pouvait représenter de perdre celui ou celle qu’on chérit.

Je décidai qu’il était temps pour moi de prendre mon envol. Je traversai les différents continents, évitant toujours l’Italie. Croiser les Volturis que je ne connaissais que de nom & de réputation m'avait toujours effrayé. L’envie de retourner en France me tenta, mais je m’abstiens. Les voir, mes parents, alors qu’ils me croyaient mort était trop dur. Pourtant je chérissais la France, je chérissais mes parents mais c’était trop difficile à affronter. J’avais choisis les Etats Unis. Ce continent que je ne connais que de nom me semblait être un endroit idéal pour me poser quelques années. Je fis la rencontre d’un dénommé Carlisle qui a de suite reconnus en moi un vampire. Quelques décennies avec lui me firent changer totalement. Premièrement, il avait réussis à me faire accepter la mort de mes proches et le fait que commençait pour moi une nouvelle vie. Il me fit comprendre qu’il n’y avait aucun mal à continuer de vivre et profiter de ce semblant de vie qui m’avait été offert. Il avait trouvé les mots justes et sa sagesse d’esprit m’a toujours fasciné. J’espérais temps être à sa hauteur un jour. Plus tard, il m’initia à son régime alimentaire. Les débuts furent difficiles et lorsque je me jugeai prête pour me prendre en main seule, je décidai de le quitter. Carlisle avait commencé à fonder une famille et je ne me sentais pas forcément à l’aise avec ça. Faire ma vie ; être libre ; ne dépendre de personne. C'est tout ce don j'avais besoin pour me sentir bien ; pour me sentir vivante. Je pouvais parfois donner l'impression d'être heureuse. Je me détestais pour cela. Je profitais de mon semblant de vie alors que ma famille était morte. Et puis je repensais toujours aux paroles de Carlisle pour accepter ce que j'étais. Ma vie changea foncièrement lorsque mon chemin croisa celui de Louise. Bien que très différentes l’une de l’autre, nous sommes très vite devenues inséparables. Elle comme moi avions besoin de quelque chose de différents et aux yeux des humains, nous étions de jeunes sœurs. Plus le temps passé, plus je la considérais vraiment comme telle. Elle me rappelait une vieille amie d’enfance, de ma véritable enfance humaine. Bien qu’au fils du temps notre clan se fut agrandit, il est vrai que la relation entre moi et Louise est particulière, unique.

Une autre rencontre changea ma vie. Celle avec le clan O’Neils, ces vampires Irlandais eux aussi végétarien. Très vite, Caelan et moi nous sommes rapprochés. J’ai mis du temps avant de m’avouer que j’étais tout simplement folle amoureuse de lui. Toutefois, l’amitié précéda notre relation et encore aujourd’hui, avec cent ans d’amour partagé, je le considère comme mon meilleur ami. Nous avons déjà songé faire du clan O’Neils et Decomté une seule et même famille mais finalement, ni lui ni moi n’y sommes résout. Ma vie à changé. J’ai changé. Mes premières années de vampires et ma vie actuelle en tant que telles sont à l’antipode l’un de l’autre et finalement, je ne regrette rien.



▬▬ Toi qui sors de scène ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Bonjour. Moi c'est Sophia, je vais fête mes 21ans dans une quinzaine de jours ... Je vis dans le Nord pas de Calais, ou j'étudie dans le social et plus particulièrement, un DEUST Intervention Sociale . Je suis sur les rpgs depuis mes quatorze/quinze ans et je ne m'en lasse pas. Une drogue , ni plus , ni moins. Sur les forums, on me connaît sous le pseudo de Princesse Débauchée, Svety, Naine Du Far Ouest ou Bisounours. Ce que je pense du forum ? Je risque de ne pas être objectives mais je remercie mes co admins de toute l'aide qu'ils ont fournis (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

▬ maxyne anne decomté.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reversal :: • make your american passeport • :: — passport :: ₪ bienvenue à forks -